Superbowl et second écran : TV 1/ Start-up 0

carlos dias kwarter

partage(s)

Qui ?
Carlos Diaz, fondateur du Groupe Reflect, de BlueKiwi et maintenant de Kwarter, une start up dédiée aux conversations sur le second écran.

Quoi ?
Une tribune sur les avancées du second écran pour le prochain Superbowl, où pour une fois, les acteurs traditionnels, les chaines TV, ne s'en sortent pas si mal face aux start up.

Comment ?
Aux Etats-Unis, le Super Bowl Sunday est L'Evénement télé de l'année. En 2012, 111,3 millions de téléspectateurs ont passé leur dimanche à regarder les Giants de New-York écraser les New-England Patriots. Cette année le Super Bowl XLVII opposera les Ravens de Baltimore aux 49ers de San Francisco.

Si vous voulez parier sur quelque chose, je vous conseille de miser sur l'audience : elle devrait atteindre pour la quatrième année consécutive un nouveau record. Au-delà de son enjeu sportif, l'événement est avant tout l'occasion pour les chaînes et les annonceurs d'innover et de montrer au monde de quoi ils sont capables rivalisant chacun de créativité en matière publicitaire et repoussant toujours plus loin les limites technologiques de "la boîte à image".

En tête de file, et comme à l'accoutumée, Coca-Cola mise sur une approche mobile et remisera du même coup ses ours polaires au profit d'une expérience multi-écrans qui promet d'être spectaculaire. Son nouveau spot mettra en scène 3 groupes engagés dans une course effrénée au milieu du désert à la poursuite d'une bouteille de Coca-Cola géante. Chaque spot invitera le téléspectateur à voter sur son mobile ou sur le Web pour son groupe favori et influencer la suite du scénario. Vous avez rêvé d'interagir avec le contenu télé, Coca-Cola l'a fait… Plus amusant encore, Coca-Cola introduit des éléments de gaming dans le scénario, en invitant après le vote à "saboter" l'un des deux autres équipages pour ralentir leur progression. Le spot final basé sur les votes des téléspectateurs sera diffusé tout de suite après le match. L'expérience a déjà débuté sur Internet à travers un site dédié qui sert de destination principale. A noter que YouTube et Instagram joueront un rôle dans cet arsenal.

Du côté des chaînes, CBS permettra de choisir sur sa tablette des angles de caméra inédits, de voir le show Pepsi de la mi-temps et de revoir et partager les spots publicitaires dès leur passage à l'écran. Du côté des start-up, Twitter devrait sans trop d'effort atteindre son record de tweets live pendant que les spécialistes du secteur comme GetGlue, IntoNow, Viggle ou Zeebox profiteront de l'événement pour grappiller péniblement et à grand renfort de dépenses marketing quelques centaines de milliers de nouveaux utilisateurs. Car la vraie nouvelle est là : ce marché prometteur du deuxième écran - qui au passage devrait très vite devenir le premier - n'appartient pas seulement aux start-up mais aussi aux acteurs traditionnels de la télévision. Il n'y aura pas d'Instagram de la télévision !

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas en train de dire que ce marché de la Social TV est un mirage, non, il est bien réel. Plus de 60% des propriétaires de smartphones utilisent bel et bien leurs mobiles pendant qu'ils regardent la télévision. Mais ce marché de 6 milliards de dollars d'ici à 2017 selon la Second Screen Society ne sera pas l'apanage de quelques start-up, même fortunées. Les grands gagnants seront en fait les chaines qui ont trouvé là un nouvel espace de monétisation ainsi que les annonceurs qui emploieront cette formidable opportunité de créer de l'engagement à travers leurs contenus publicitaires.

En tant que start-uper multi-récidiviste je crois au modèle de disruption industrielle, j'ai créé Reflect, blueKiwi Software et maintenant Kwarter avec cette idée en tête. Mais pour que la disruption fonctionne, l'industrie visée, face à une modification radicale de ses usages, doit être en panne sur son modèle économique. C'était le cas pour la musique avec l'avénement de nouveaux acteurs/modèles comme Spotify, Pandora, ou encore Soundcloud, l'industrie du téléphone portable biensûr avec l'iPhone ou plus récemment l'industrie hôtelière avec Airbnb.

Dans le cadre de la télévision , la mutation est bel et bien là, fragmentation des écrans, nouvelle génération de téléspectateurs issus de la G-Generation (G pour Gamers)… oui mais le modèle économique de la télévision tourne à plein régime. Les leaders du secteur vont très bien et ils ont décidé de contrôler le mouvement. Il ne joueront pas la politique de l'autruche, au contraire ils restent très vigilants et apportent au bon moment les innovations attendues par leur audience (cf. les dernières annonces de TF1 en la matière n'apparaissent pas vraiment comme une séance de rattrapage…).

RIP donc les start-ups qui ont cru qu'elles pourraient détourner les téléspectateurs de leurs chaînes favorites pour (re)vendre aux annonceurs l'audience impunément volée. La télévision a décidé de changer et elle est sur le point de faire la preuve  pour la première fois dans l'histoire de l'Internet d'une révolution non pas subie mais souhaitée par tous. Usagers, diffuseurs et annonceurs.

En attendant cette résurrection, les grands annonceurs et les start-ups de la Social TV se préparent donc au jour le plus long. Pour les marques, l'usage simultané d'un écran secondaire (smartphone, tablette ou laptop…) pendant l'événement sera l'occasion d'amplifier les dizaines de millions de dollars investis en spots publicitaires ($3.5 millions pour 30 sec.) pendant que les start-ups du secteur veulent séduire les spectateurs pour commenter l'action en direct.

Chez Kwarter , nous avons fait le choix, il y a plusieurs mois de nous positionner non pas contre l'industrie de la télévision mais plutôt comme partenaire de  l'éco-système (diffuseurs, annonceurs et agences médias) pour développer plus rapidement leurs expériences  et mettre en oeuvre de nouveaux modèles publicitaires interactifs. Fort de sa dernière levée de fonds aux US, Kwarter se positionne désormais comme une plate-forme de développement unique et offrira très bientôt aux développeurs un kit de développement (SDK) et une interface de programmation (API) . Déjà des acteurs comme Turner Broadcast ou la fameuse marque de bière Bud Light utilise notre solution pour réinventer la façon de regarder du sport à la télévision. En octobre dernier la chaîne de télé américaine TBS a choisi Kwarter pour révolutionner les phases finales de baseball. De nouveaux projets dans d'autres domaines que le sport sont en cours de développement et devraient bientôt voir le jour.

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 43 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *