La bonbonnière Guetta met le feu à Cannes

Cathy Guetta, Cannes 2011

partage(s)

Qui ?
Raphael Aflalo, ex dg d'OMG en charge du Digital (il a quitté ses fonctions pour prendre en charge cette start up) et Cathy Guetta.

Quoi ?
L'annonce à Cannes du nouveau nom de la société d'endorsement musical, "My Love Affair" et de ses premières réalisations, pour Hewlett Packard (contrat annuel pour le lancement de sa tablette, en Europe "et j'espère dans le monde" explique Olivier Gillet le directeur marketing Europe) et Renault (présence de la marque dans le nouveau clip de David Guetta, qui devrait être vu 100 millions de fois).

Combien ?
Entre  80 et 150 K pour la présence d'un produit dans un clip, "en fonction de la durée de la présence et du niveau de l'interaction".  Pour les contrats annuels, c'est du sur mesure.  MyLoveAffair compte 8 stars dans sa galaxie. 700 000 euros investis par Jacques Antoine Grandjeon, Xavier Niel, et Covent Partners, qui a aussi investi dans Beezik.

Pourquoi ?
Pour que les marques tirent profit du potentiel viral des stars, et parce que la musique était un rêve d'enfant de Raphaël Aflalo, qui a été à l'initiative de la rencontre avec les Guetta, l'an dernier en Corse.

Comment ?
Lors d'une conférence de presse et d'une soirée de lancement mémorables, avec reconstitution d'une agence de com de poupée Barbie sous acide (il fallait voir le poisson rouge dans un bocal qui contenait des vernis à ongle et les titis sur scooter pour pleinement saisir le concept), une une demi heure  de retard de la part de Cathy, qui a cueilli tout le monde avec son histoire de jeune fille partie de rien pour monter une multinationale de la notoriété...

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous