Actualités

Les 3 tendances TV du Mipcom 2013 : le social, le social, le social


Les 3 tendances TV du Mipcom 2013 : le social, le social, le social

Qui ?
Jeffrey Katzenberg, co-fondateur de Dreamworks (en photo), Dan Rose, VP des partenariats de Facebook, Dee Forbes, Présidente de Discovery Networks Western Europe et Cécile Frot-Coutaz, PDG de Fremantle Media.

Quoi ?
Les grandes tendances du MipCom 2013, le rendez-vous des producteurs et diffuseurs de contenus audiovisuels du monde entier.

Comment ?

1/ Youtube devient une priorité pour les producteurs

A la différence du MipTV en avril dernier, où le digital avait son propre espace (le "MipCube"), le MipCom n'avait pas cantonné le web dans un coin. Le sujet était au cœur des préoccupations de tous les intervenants du Grand Auditorium. Cécile Frot-Coutaz, PDG de Fremantle s'est dite "très optimiste" à propos du digital : en septembre dernier, le producteur d'American Idol, America’s Got Talent ou X-Factor  a annoncé un partenariat stratégique avec Divimove, un outil de monétisation utilisé par 950 chaînes Youtube. Elle rappelle que c'est Youtube qui, en "créant" Susan Boyle, a fait le succès de "Got Talent" et permis à la franchise de s'exporter. Quant à Netflix, Amazon ou Hulu, ils ne sont pas considérés comme des concurrents, bien au contraire. Fremantle distribue déjà certains contenus de Youku et Hulu à l'international et rêve de produire des émissions pour ces nouveaux entrants. "C'est une bonne chose : ils changent les règles du jeu. Désormais, il ne s'agit plus d'être le programme apprécié par tout le monde, mais le programme préféré de quelqu'un. Créativement, c'est excitant."

Même optimisme chez Dreamworks : Jeffrey Katzenberg, le co-fondateur du studio avec Steven Spielberg et David Geffen est revenu sur l'acquisition en mai dernier d'AwesomenessTV, un bouquet de chaînes Youtube, pour la modique somme de 33 millions de dollars. "Ce deal va nous permettre d'entrer directement en contact avec les teenagers, quelque chose que nous ne pouvions pas faire avec nos programmes ou nos films." Awesomeness travaille avec 180 000 chaînes pour les aider à monétiser leurs contenus, agrégeant 25 millions d'abonnés et deux milliards de vues - "tout cela en moins d'un an". Le contenu de ce "network" nouvelle version sert à alimenter une émission sur la chaîne Nickelodeon. Prochain défi pour les studios Dreamworks et l'industrie du divertissement : maîtriser le mobile. "Jusqu'à présent, on occupait nos moments d'attente avec Tetris. Maintenant, on va les occuper avec du rich media" prédit-il. "C'est une énorme, énorme, énorme opportunité encore inexploitée."

2/ Les nouveaux formats intègrent de plus en plus d'interactivité

La nouvelle émission dont tout le MipCom parlait est "Rising Star", un "talent show" israélien acheté par M6 dès le premier jour du salon. Sa particularité : il est 100% live et interactif. Les candidats chantent en direct et les spectateurs votent pendant sa prestation, via une application développée par les producteurs de l'émission. En direct, la jauge des votes grimpe (ou non) à l'écran. Si le palier est atteint, le mur se relève et le candidat se retrouve projeté à l'étape suivante, sur la grande scène. Succès phénoménal dans son pays d'origine avec 49% de part d'audience et plus de 30% des spectateurs connectés à l'application, Rising Star doit maintenant faire ses preuves à l'international. Les producteurs avouent en effet avoir eu à surmonter d'importantes difficultés techniques pour gérer les votes, alors même qu'Israël ne compte que 8 millions d'habitants.

Autre format interactif : "SkyWire", sponsorisé par Mitsubishi, a généré plus de 1,3 millions de tweet, pendant que le cascadeur Nik Wallenda tentait une traversée du Grand Canyon sur un fil diffusée en direct dans le monde entier - une première pour la chaîne Discovery. "Que se serait-il passé s'il était tombé ?" demande l'intervieweuse à Dee Forbes, la présidente de Discovery Networks Europe. Embarrassée, celle-ci répond : "Et bien, il n'est pas mort... Mais il était préparé à mourir, son arrière-grand père est décédé en tentant cette traversée, il a ça dans la sang." Autre format innovant de la chaîne : "Seul au monde". L'aventurier Ed Stafford se retrouve pendant 60 jours sur une île déserte, sans eau, sans nourriture et sans le moindre outil. Mais sa caméra et son mobile lui permettent de partager son expérience...

3/ Facebook fait son entrée sur le terrain de la social TV face à Twitter

Grande première de ce MipCom : le keynote d'ouverture était assuré par Facebook, nouvel entrant du secteur. Dan Rose, son VP des Partenariats avait fait le déplacement pour annoncer un partenariat avec notamment les groupes TF1 et Canal+ en France sur le partage de données relatives à la télévision. Ces partenaires auront accès à des informations agrégées et anonymisées sur les personnes commentant leurs programmes et pourront intégrer les commentaires (publics) de la plateforme à leurs programmes. Miss France pourrait être l'une des premières émissions à le faire. L'accord est non-financier et non-exclusif : il pourrait être prochainement étendu à France Télévisions ou M6. Derrière cet effet d'annonce aux implications limitées, Facebook cherche surtout à occuper le terrain face à Twitter qui a fait de la télévision son cheval de bataille.

Nielsen annonçait justement sa première étude réalisée avec Twitter, essayant de trouver des corrélations entre buzz et audiences. Surprise : le top 10 s'avère très différent du classement traditionnel Nielsen aux Etats-Unis. Interrogée sur le sujet, Dounia Turrill, SVP, Client Insights de Nielsen USA explique : "il y a une corrélation, mais elle n'est pas directe. Ce classement va surtout permettre de comprendre comment le public interagit avec les émissions. Evidemment, les réseaux sociaux créent une opportunité pour attirer de nouvelles personnes devant la télévision. Il va falloir suivre cela dans le temps, voir comment ça évolue." Par ailleurs, Dounia Turrill ne s'est pas montrée opposée à l'intégration de Facebook au classement, Nielsen et Facebook travaillant déjà ensemble aux Etats-Unis sur d'autres sujets.

Benoit Zante