Pourquoi Groupon me bluffe

jbouteiller

partage(s)

Qui ?
Jérôme Bouteiller, journaliste spécialiste du web.

Quoi ?
Une présentation des point forts du géant Groupon, alors que ce dernier vient d’annoncer son introduction en bourse.

Comment ?
Le E-Commerce aura bientôt 20 ans. Mais depuis l’apparition de grands noms tels qu’Amazon ou E-Bay, peu d’entreprises avaient autant bouleversé le secteur que Groupon, ce nouveau champion du commerce électronique, lancé il y a à peine trois ans par Andrew Mason.

La révolution qu’incarne Groupon, c’est celle du « web to shop », cette capacité de renvoyer une audience captée sur internet dans de véritables boutiques, restaurants et autres commerces de proximité. Bien plus que Google Maps, Foursquare ou les PagesJaunes, Groupon transforme le web en zone de chalandise, faisant enfin converger commerce traditionnel et commerce électronique.

En trois ans, la société a fédéré plus de 70 millions d’utilisateurs dans près d’une cinquantaine de Pays. Près de 6% d’entre eux se laisseraient séduire par ses « deals », générant un chiffre d’affaires mensuel de plus de 40 millions d’euros, avec un panier moyen frôlant les 100 dollars. Des chiffres qui permettent à Groupon d’être valorisé plusieurs milliards de dollars et même de refuser un rachat par de grands noms de l’internet tels que Yahoo ou Google.

Mais cet outil révolutionnaire impose également quelques règles de prudence pour les commerçants. La force de Groupon réside dans la promotion de services à forte marge, et non dans des produits de consommation où les marges sont faibles. C’est d’ailleurs cet écueil qui avait expliqué l’échec des premiers sites d’achat groupé comme Clust ou Akabuy, au début des années 2000.

L’autre force de Groupon, c’est la proximité géographique et temporelle. Les deux tiers des « deals » sont réalisés à proximité du lieu d’habitation des internautes et sont consommés dans les jours suivant leur conclusion.

La meilleure preuve de la pertinence du modèle de Groupon est qu’il est dores et déjà copié par d’autres grands noms du web tels qu’Amazon, Facebook ou Google. Reste désormais à savoir si la société saura conserver son leadership et faire entrer sa marque dans le panthéon des grands noms du commerce électronique. Rendez vous dans 20 ans ?

 

Jérôme Bouteiller

bonnez-vous

0 comments