Exclu : My Little Paris ouvre une boite

fany-pechiodat-mylittleparis-application-ipad-163x174

partage(s)

Qui ?
Fany Péchiodat et l’équipe de My Little Paris, newsletter créée en 2008 qui compte 600 000 abonnés, ainsi que des déclinaisons My Little Lyon, Marseille, My Little Wedding, My Little Kids, My Little Web et Merci Alfred.

Quoi ?
My Little Box, une boite qui renferme des cosmétiques, mais aussi l’esprit et les bons plans matérialisés de My Little Paris, envoyé par la poste une fois par mois. Disponible fin novembre à cette adresse. Un concept à découvrir en vidéo.

Combien ?
13 euros par mois (3€ pour les frais d’envoi, 10€ pour la box. -1,5€ si la livraison a lieu au bureau, pour favoriser la viralité). Les marques (de cosmétiques, principalement) fournissent les produits en taille d’essai. Fany Péchiodat ne se donne pas d’objectif, elle se lance en territoire inconnu, avec son esprit éditorial et « On verra bien ».

Comment ?
« Nous sommes un vecteur de surprise dans la boite email des gens. Nous avons voulu transposer cet état d’esprit en atterrissant dans  la boite aux lettres. » Le pari est risqué :  « C’est le premier produit où les lectrices de My Little vont devoir dégainer leur carte bancaire. » Le concept a été développé en un mois : « Nous avons secoué les usines et fait en un mois ce qui aurait été créé  en un an et demi dans l’univers cosmétique » dit cette ancienne de BPI. Avec ce lancement, My Little capitalise sur son audience, le lien de confiance établi avec ses lectrices et ses relations avec les marques de cosmétiques, qui sont ses premiers annonceurs.

La Little Box est pour les marques une manière d’échantillonner de manière qualitative. Dans un secteur où il y a 1 000 lancements par an, l’échantillon est souvent déconnecté de la communication. Les dix boites sont thématisées : My Little Christmas box en décembre, My Little Détox box en janvier… Et renferment des produits mais aussi un peu de l’esprit My Little. La Christmas box comprend ainsi une lettre de réclamation au père Noêl, des papiers cadeaux à imprimer, des stickers signés Kanako, l’illustratrice du site et d’autres surprises. « Quand j’étais petite, j’étais abonnée au Club Barbie. J’ai voulu recréer avec ces boites l’excitation que j’avais en découvrant leurs envois ».

My Little box intervient dans un marché en pleine ébullition. Aux USA, Birchbox compte 100 000 abonnées. En France, Coffret beauté, GlossyBox et Joliebox sont déjà là. Mais c’est sans doute par sa fantaisie  éditoriale que My Little Paris pourrait emporter le morceau, pour son atterrissage dans le monde réel.

bonnez-vous