Comment Hyperloop imagine l’entreprise du futur

Hyperloop

partage(s)

Qui ?
Dirk Ahlborn, CEO de Hyperloop Transportation Technology.

Quoi ?
La présentation du projet Hyperloop et de son mode d'organisation original, lors des Napoléons 2016 à Val d'Isère.

Comment ?

Hyperloop promet rien de moins que de transformer radicalement le transport, la ville et notre rapport au temps. Comment ? Grâce à "une capsule dans un tube, avec des gens dedans, qui va très vite d'un point A à un point B" : voilà résumé le projet Hyperloop. Avec ce train révolutionnaire, un trajet Los Angeles-San Francisco ne prendrait plus que 30 minutes, tout en étant économe en énergie. Mieux, Dirk Ahlborn promet une rentabilité du projet en 8 ans, avec un ticket à 30$, "alors qu'à travers le monde, aucune compagnie ferroviaire n'est rentable : toutes sont sponsorisées par les gouvernements."

Hyperloop Transportation Technology est né sur la plateforme de projets collaboratifs JumpStartFund, co-fondée par ce même Dirk Ahlborn en 2012. La rencontre avec Elon Musk (Paypal, SpaceX, Tesla) a été déterminante : celui-ci a proposé le projet Hyperloop, détaillé dans une soixantaine de pages quelques semaines après le lancement du site, laissant la communauté se l'approprier. Aujourd'hui, 10 000 personnes, dans 22 pays, participent au projet et œuvrent à sa concrétisation. "Ce sont des employés des plus grandes entreprises du monde, pas seulement des ingénieurs" explique Dirk Ahlborn.

Les participants, attirés notamment par la promesse de stock-options, s'engagent à y consacrer au minimun 10 heures par semaine. "Depuis le lancement, cela représente 18 millions de dollars d'équivalent temps-homme. Chaque jour, nous recevons cinq nouvelles candidatures, mais nous ne pouvons pas accepter tout le monde." Plusieurs entreprises, dont Hyperloop Transportation Technology, travaillent en parallèle sur le projet. De son côté, Elon Musk, via son entreprise SpaceX, sponsorise un concours de design pour étudiants et ingénieurs, afin d'imaginer les futures capsules de l'Hyperloop. Pourquoi adopter ce mode de fonctionnement, décentralisé ? "Les meilleurs travaillent déjà pour d'autres : avec ce système, pas besoin de les débaucher. C'est une nouvelle façon de construire une entreprise et c'est ainsi que naissent les idées folles. Par exemple, on a découvert que l'on pouvait générer de l'eau à partir de la vapeur produite par le système."

A écouter Dirk Ahlborn, "tout le monde devrait chercher à bâtir un mouvement plutôt qu'une entreprise". Mais le dispositif est difficilement duplicable : il n'y a pas des milliers d'Elon Musk, capables de fédérer autant de monde autour d'une simple esquisse. La motivation des participants repose principalement sur la perspective d'une introduction en bourse de l'entreprise à une forte valorisation, ou la possibilité d'être repéré par Elon Musk pour rejoindre l'un de ses autres projets. Hyperloop est d'ailleurs bien seul à avoir décollé sur la plateforme JumpStartFund depuis 2012.

Pour l'instant, Hyperloop tient davantage de l'opération marketing et RP que d'une réalité économique et technologique. Dirk Ahlborn le reconnait lui-même : en publiant la carte d'un hypothétique réseau Hyperloop à l'échelle des Etats-Unis, il s'est assuré une présence dans tous les médias locaux des villes citées comme "stations" éventuelles. Une levée de fonds avait été annoncée pour 2015, mais elle n'a pas eu lieu. Dirk Ahlborn promet maintenant une première expérimentation pour mi-2016. Le lieu est déjà choisi : Quay Valley, en Californie, qui accueillera une piste d'essais de huit kilomètres. "Nous sommes en train de remplir les formalités pour avoir les permis de construire." Tiendra-t-il sa (sur) promesse ?

Benoit Zante

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous