Candy Crush Saga : pas que des bonbons, une cash machine

candy crush saga

partage(s)

Quoi ?
Candy Crush Saga, le jeu Facebook et mobile est classé numéro 1 aux US et en Europe, grâce à une logique virale imparable et des pub TV psychédéliques... Il rapporterait 600 000 dollars par jour. Un chiffre largement sous-évalué, selon France Quiqueré, du studio mobile Int13, qui décortique pour Petit Web la monétisation des applications mobiles sur les différentes plateformes.

Comment ?

600 000€ par jour : un chiffre fou, mais faux ? Il suffit de retrouver le premier article écrit sur le sujet pour comprendre où se situe l’erreur. Un article de Slate daté du 3 juillet 2013, s’appuie sur le site Thinkgaming pour étayer ce chiffre. Premier constat : le chiffre affiché en ce moment n’est plus 633 000$ par jour, mais 850 000$. Rien d’étonnant à ce que ce chiffre ait augmenté durant l’été. Addictif, le jeu répond à la logique du "free-to-play" : il est gratuit mais tout vous pousse, lentement, à payer pour progresser dans le jeu. Slate en décrit la mécanique redoutable.

Le site, qui ne fournit que des estimations, affiche cette mention : "les revenus estimés par Think Gaming ne prennent actuellement en compte que le marché US et l’Apple App Store." En d’autres termes, il manque dans cette estimation :
- Le reste du monde soit approximativement 66% des revenus générés sur l’App Store
- les revenus Facebook dont Candy Crush est numéro 1
- Les revenus sur Google Play (Android). Le titre est moins populaire sur cette dernière plateforme, mais reste numéro 1 dans 30 pays.

Regardons maintenant la concurrence. En janvier 2013,  Supercell, éditeur de Clash of Clans et Hay Day, engrangeait 1 million de dollars par jour. Quatre mois plus tard, ils franchissaient la barre des 2,4 millions de dollars par jour. Il est peu probable que ces deux jeux, respectivement à la 2ème et 3ème place du classement Thinkgaming et possédant un DAU (nombre de joueurs actifs journalier) stable, soient redescendus en dessous de la barre des deux millions de dollars journalier. De plus, les deux jeux ne sont disponibles ni sur Facebook, ni sur Google Play. Autre exemple, celui de Puzzle & Dragons. Ce jeu, disponible lui sur les plateformes Apple et Google, rapporterait pas moins de 4,9 millions de dollars par jour. Pas mal pour un jeu qui n’est diffusé que dans trois pays : le Japon, les Etats Unis et le Canada.

Reste donc à savoir combien Candy Crush gagne sur sur Facebook et sur Google Play. Zynga, qui passe actuellement des moments difficiles, aurait engrangé 1,2 milliard de dollar en 2012, soit plus de 3 millions de dollars par jour. A priori ces chiffres sont difficiles à interpréter car réparti entre de nombreux jeux, tout comme King.com, l’éditeur de Candy Crush Saga. Mais Appdata nous révèle que King.com aurait deux fois plus d’utilisateurs actifs mensuels que son concurrent Zynga dont la plupart jouent… à Candy Crush Saga bien sûr.

Difficile en revanche de deviner les résultats financiers sur Google Play, ce marché étant désormais lucratif principalement au Japon et en Corée du Sud. Candy Crush Saga n’est en effet pas parvenu à se hisser sur le podium des jeux rentables et se place respectivement à la 17ème place au Japon ainsi qu’à la 38ème place en Corée du sud. Mais, il n’en demeure pas moins premier du classement dans 30 pays, dont les Etats Unis et la France. Alors, toujours convaincu que Candy Crush Saga ne rapporte "que" 633 000 dollars à ses créateurs ?

Mes estimations, certes imparfaites - surtout sur Facebook - et issues des comparaisons avec d’autres acteurs me mènent à penser que Candy Crush gagnerait par jour entre 1,5 et 2 millions de dollars sur iOS, entre 50 000 et 500 000 sur Facebook et entre 150 000 et 500 000 sur Google Play, soit au moins 1,7 millions par jour. Et pour ceux qui pensent encore que les créateurs de jeux mobile et Facebook s’enrichissent principalement grâce aux revenus publicitaires, sachez qu’il n’y a plus de publicité dans les jeux édités par King.com depuis juin 2013.

France Quiqueré

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous