C. Chambaz, Microsoft : « Après le web et les applications, la nouvelle interface, c’est l’assistant personnel »

cedricbing

partage(s)

Qui ? 
Cédric Chambaz, Directeur Marketing International de Bing Ads, Microsoft.

Quoi ?
Un entretien sur les ambitions de Microsoft dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Comment ? 

-  Avec The Next Rembrandt, multi-primé lors des derniers Cannes Lions, Microsoft s'affiche comme l'un des acteurs sur lesquels il va falloir compter dans le domaine de l'intelligence artificielle. Est-ce le nouveau cheval de bataille du groupe ? 

Avec l'évolution de l'usage des moteurs de recherche, on est passé des combinaisons de mots courts à des phrases et des questions complètes. C'est une matière première à exploiter : aujourd'hui par exemple, on arrive à prédire l'arrivée d'une tempête de neige sur la base des recherches "est-ce que les écoles vont fermer ?" Dans le cas de The Next Rembrandt, l'ordinateur a analysé 346 tableaux de Rembrandt pour prédire le prochain portrait du peintre, grâce à l'intelligence artificielle, en partenariat avec Microsoft.

2016-06-21 13.43.52

- Quels sont les autres champs d'application ? 

Dans le domaine de la santé, une de nos équipe de chercheurs à Cambridge vient de publier les résultats d'une étude visant à détecter le cancer du pancréas grâce à Cortana, notre interface conversationnelle. Une détection très tôt augmente les chances de rémission, le taux de survie à 5 ans est alors de 5% à 7% alors qu'il n'est que de 3% en moyenne. En Grande-Bretagne où Bing a une part de marché de 18% sur le search, les chercheurs estiment qu'ils peuvent identifier 5 à 15% des cas de cancer du pancréas avec un taux d'erreur de 1 sur 100 000. En retail, la technologie pour nous aider à prédire les volumes de ventes à long terme. Microsoft collabore déjà avec Macy's aux Etats-Unis.

- L'Intelligence Artificielle annonce aussi l'arrivée d'assistants personnels, les bots. Quelle transformation pour le modèle du search ? 

Après les pages web et les applications mobiles, la nouvelle interface, c’est l’assistant personnel avec lequel on converse. On en voit déjà les prémices dans l'évolution des requêtes sur Bing, à l'écrit et surtout par la voix. Un quart des requêtes mobiles sont déjà verbalisées. D'ici à 2020, ce sera un quart de toutes les requêtes. Les assistants personnels entrent peu à peu dans nos usages et surtout, ils sortent du cadre du téléphone : Cortana par exemple, est maintenant intégrée sur Windows 10. La voiture devrait devenir aussi un terminal clé d'utilisation des assistants. On passe d'un moteur de recherche à un "moteur de trouvaille", un assistant qui donnera exactement la bonne réponse.

- Avoir tout de suite la bonne réponse, ce n'est pas tuer la sérendipité ?

Le moteur devrait être capable de faire des propositions qui peuvent nous surprendre. Un robot pourrait nous faire pleurer : Yann Le Cun expliquait lors d’une conférence au Collège de France qu’on peut apprendre à un robot des émotions. En donnant une récompense à un robot pour une bonne action, et aucune pour le reste, on lui apprend la satisfaction. C’est une première étape vers l’enseignement de la surprise.

- Les marques vont-elles se mettre à réaliser leur propre assistant ?

Nous avons annoncé à la conférence Build l'ouverture de notre kit de développement de bots dans une logique "Conversation as a platform" pour accompagner les marques. Les assistants personnels ne seront pas "mainstream" dans les 6 prochains mois mais c'est un sujet d'attention dès maintenant. Il va falloir que les CMO et les CTO se rapprochent, pour réfléchir à la fois à la logique et aux technologies. Le robot pose des questions de gestion d'information, de temps réel, mais il doit avant tout être représentatif de l'expérience client et de la marque. Chez nous aussi, le sujet transforme l'organisation : les équipes qui vendent des infrastructures informatiques se rapprochent de celles qui vendent de la publicité.

- Va-t-on vouloir jongler avec une douzaine d'assistants ?

La question c'est "Est-ce qu’on va vouloir partager toutes nos expériences avec le même assistants ou en choisir un par univers ?" Siri est positionné sur la maison, Watson sur le business, Alexa d'Amazon est dans une approche "niche" sur la maison, avec un moteur basé sur Bing. Microsoft est dans une logique de continuum d'expérience, avec un assistant présent sur toutes les plateformes, à la maison et au bureau. L'acquisition à venir de LinkedIn enrichit la connaissance de l'univers Business, et nous pouvons lier Skype, Windows, Xbox.

Propos recueillis par Monelle Barthélemy 

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous