AdBlock Plus : « Nous sauvons l’âme d’Internet »

Till Faida adblock plus adblockers

partage(s)

Qui ?
Till Faida, co-fondateur d’Adblock Plus.

Quoi ?
La tribune d’un ad bloqueur sur sa vision de la publicité en ligne. Ébouriffant.

Combien ?
L’extension a été téléchargée 200 millions de fois.
AdBlock Plus compte 61 millions d’utilisateurs actifs, dont 5 millions en France.

Comment ?
Quel point commun entre la publicité en ligne et les technologies des bloqueurs de publicité ? Ils sont tous deux en pleine croissance.

L'année dernière, selon l’IAB et PWC, les revenus publicitaires d’internet aux Etats Unis ont augmenté de 15% depuis 2011 s’élevant à 36,6 milliards de dollars. Les revenus publicitaires sur mobile ont augmenté de 50% par rapport à l'année précédente atteignant les 3,4 milliards de dollars. Au premier trimestre de cette année, les recettes publicitaires numériques ont atteint un record, avec 9,6 milliards de dollars, soit une augmentation de près de 16%.

Le nombre de clics payés sur les publicités sur Google durant le premier trimestre de 2013 a augmenté de 20% par rapport au premier trimestre de 2012 et de 3% par rapport au dernier trimestre de 2012.

Ce faisant, la bête noire des annonceurs, les bloqueurs de publicités sont loin de mourir de faim. Chez Adblock Plus, notre extension de navigateur est en croissance de 50% et nous avons franchi le cap des 200 millions de téléchargements en avril 2013. Pendant que la publicité en ligne se développe, les consommateurs de publicité deviennent plus exigeants. Ils disent: "Je ne veux pas voir toutes les publicités, et je peux faire quelque chose pour éviter ça."

Nous comprenons pourquoi nous sommes considérés comme une nuisance : l’utilisation d’Adblock Plus amoindrit les recettes de Google, Facebook, Microsoft ou Yahoo. Les petits sites internet et les entreprises peuvent souffrir lorsque leurs publicités sont bloquées et qu’ils n’ont pas suffisamment de trafic vers leurs sites ou lorsque les publicités qu'ils publient ne génèrent pas assez de clics.

Ainsi, la publicité est importante pour internet. Le contenu sur Internet et la publicité peuvent sembler en symbiose - mais en est-il ainsi ? Quelle est la place de l’utilisateur ? Est-il en mesure de décider de la manière dont il va être utilisé par cette hydre de Lerne, "l’Interadvertiser" ?

Existe-t-il une solution durable entre les utilisateurs et les publicitaires en ligne qui bénéficie aux deux ?

Avec Wladimir Palant, qui avait développé Adblock Plus depuis 2006 pour bloquer toutes les publicités, nous n'étions pas contre l'idée de la publicité, seulement contre la publicité ennuyeuse et importune. Nous avons constaté que les sites - en particulier les sites d’information, les petits sites Web et les blogs - peuvent rencontrer des difficultés financières.

Notre conviction ? Les bloqueurs de publicité ne devraient pas bloquer toute la publicité, mais seulement celle que l’utilisateur estime gênante. Nous avons trouvé un terrain d'entente avec les groupes d’utilisateurs tels que Electronic Frontier Foundation et les chercheurs comme Doc Searls et son Harvard-based VRM-Project. Mozilla nous soutient également.

Nous avons donc lancé l'initiative "Publicité Acceptable", en décembre 2012, afin de créer un terrain d'entente dans un paysage publicitaire durable. Les sites qui souhaitent suivre cette initiative, demandent à être sur liste blanche, leurs annonces doivent alors être conformes aux lignes directrices que nous avons établies – c’est à dire sans clignotement, qui ne perturbent pas la lecture, en un mot : discrètes.

Les utilisateurs d’Adblock Plus voient les publicités qui suivent cette initiative. Mais ils peuvent toujours décider de bloquer toutes les publicités s’ils le souhaitent, en le spécifiant dans leur propre réglage personnel. Quand nous avons lancé la Publicité Acceptable, certains utilisateurs se sont même révoltés. Nous facturons à quelques grandes entités, dont les publicités sont conformes à nos normes, leur mise sous liste blanche – car nous devons nous aussi générer des revenus pour maintenir notre produit.

Nous pensons que notre compromis pour la publicité en ligne va faire d'Internet un endroit meilleur et que nous sauvons l’âme d’Internet.

L’ accord profite aux deux parties: ceux qui surfent sur le web ne sont pas bombardés de publicités gênantes et les agences de publicité sont en mesure de communiquer leurs messages plus efficacement. L’initiative n'est pas destinée à stresser les publicitaires, mais tente de leur donner les outils et les directives nécessaires pour des campagnes plus efficaces, correspondant à ce qu’un toujours plus grand nombre d'utilisateurs souhaite.

Vous convaincre de ceci est un défi, et nous y prenons un grand plaisir chaque jour.

Till Faida

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous